Elaboré par la banque mondiale le 11 octobre 2018, l’indice du capital humain est un nouvel outil économique permettant de mesurer la contribution de la santé et de l’éducation à la productivité d’un pays. Cet indice permet de répondre à la question suivante : « Quel capital humain d’un enfant né  aujourd’hui est-il susceptible d’atteindre une fois à l’âge adulte (18ans), compte tenu des risques liés à la médiocrité des services de santé et d’éducation dans son pays ?

A l’échelle mondiale, 56% des enfants nés aujourd’hui seront privés de plus de la moitié de leurs revenus potentiels à l’âge adulte encore moins en Afrique.Parlant du continent africain.Plusieurs états d’Afrique n’ont pas encore pris conscience de la nécessité d’investir sur cette jeunesse afin de se doter d’une population éduquée,déjà résiliente et bien portante pour disposer des atouts nécessaires afin de conquérir le monde du travail de demain.

L’ICH prend en compte trois facteurs à l’instar de :

  • La survie : un enfant né aujourd’hui atteindra-t-il l’âge d’aller à l’école ?
  • La scolarité : quelle sera la durée de sa scolarité et quels seront ses acquis ?
  • La santé : cet enfant sortira-t-il du système scolaire en bonne santé, prêt à ses études, à entrer sur le marché du travail à l’âge adulte ?

Il varie entre 0 (moins bonne note) et 1 (meilleure note). Le tableau ci-après présente le classement des pays africains ayant des ICH abordables :

RANG (Afrique)PAYSICH
1Seychelles0.68
2Maurice0.63
3Kenya0.52
4Algérie0.52
5Tunisie0.51
6Maroc0.50
7Gabon0.45
8Ghana0.44
8 exZimbabwe0.44
10Namibie0.43
11Sénégal0.42
11 exCongo0.42
14Afrique du sud0.41
14 exMalawi0.41

Par exemple pour le cas de la République du Congo l’ICH étant à 0.42 indique que dans ce pays un enfant ne réalisera en moyenne que 42% de son potentiel par rapport à ce qui aurait été possible s’il avait bénéficié des conditions de santé optimale et d’une scolarisation complète de qualité. Et le statut que coûte à la République du Congo est de 58% de son revenu à long terme.

Connaissant les réalités de l’Afrique, ce continent devrait dès à présent établir un plan d’action afin d’éradiquer des rendements très bas sur les taux d’ICH dans la grande majorité des pays africains. En ce siècle présent,environ 50 millions d’enfants ne sont toujours pas scolarisés tandis que chaque Etat se doit de garantir un environnement qui favorise la santé et l’apprentissage à chaque enfant.Les états doivent permettre à cette jeunesse d’avoir toutes les aptitudes indispensables pour garantir un avenir prometteur mais aussi pour répondre aux enjeux économiques de la nation. Car tous ces aspects mis en lumière par l’ICH ont une corrélation avec la productivité dans un pays.

L’indice du capital humain nous éclaire sur l’avenir d’un pays, nous éclaire sur ce que serait l’avenir d’une génération par rapport à ce qu’il aurait pu être. Ainsi l’Afrique y compris le reste du monde devrait revoir ses priorités afin de ne pas hypothéquer des avenirs. Car développer le capital humain, c’est assurer un lendemain meilleur, une prospérité pour génération mais aussi celle du pays concerné, encore mieux l’économie mondiale.

Ruth Victorina TATI, spécialiste en économie monétaire et financière.

Leave a Reply